LES OISEAUX
[titre provisoire]

texte et mise en scène de Sylvain Guichard

avec Blanche Adilon-Lonardoni, Quentin Bardou et Jérôme Déruti

musique de GRANDE

- coming (very) soon -

De -421…

 

Dans sa pièce Les Oiseaux, Aristophane mettait en scène deux athéniens voulant rejoindre ce peuple ailé pour construire avec eux une cité idéale, loin de leur patrie.

Ces deux personnages sont des migrants politiques, lassés des individualismes et des procès, faisant le chemin de la capitale développée, Athènes, vers le rêve d’un pays plus accueillant.

Demandant leur chemin aux oiseaux et voyant bien que ce pays n’existe pas en ce monde, ils proposent à leurs hôtes célestes de fonder une cité qui correspondrait à leurs désirs communs.

Ils deviennent alors oiseaux et l’un d’eux devient Roi de ce nouveau monde, qui malgré de nombreux obstacles, devient grand et prospère au point de devoir l’entourer d’une épaisse muraille.

 

Cette pièce nous raconte l’histoire d’un homme aux prises avec ses rêves, d’un citoyen lambda qui devient Roi de sa cité idéale et qui va devoir composer entre ses rêves et les rêves des autres, un désir commun.

 

…à 2021

 

 

Aristophane nécessite un important travail de traduction ou d’adaptation. Ses pièces étaient tellement liées à l’actualité grecque de l’époque qu’il est difficile d’en restituer le sens et l’humour sans  transformation.

 

Dans cette adaptation, je veux raconter l’histoire de cet athénien qui quitte son monde, et entame son chemin vital vers l’utopie. Il est comme vous, comme moi, comme tout le monde. Il vivait la même vie que nous, aux mêmes endroits, en Europe, ce grand Athènes moderne.

Il est l’un des nôtres qui a migré. Simon Pissenterre a littéralement traversé l’océan pour se retrouver devant nous, à la recherche d’ailleurs. C’est avec nous, oiseaux d’un soir, qu’il construit une cité utopique, mélange ses désirs aux nôtres, devient roi, aspire, divague, imagine, pense, s’égare et décide. Nous rêvons ensemble. Nous bâtissons.

Mais les pièges sont nombreux quand on veut faire société. Comment les éviter ? Comment les affronter ?

 

A travers l’épique histoire de Simon Pissenterre, je veux raconter les limites de la quête individuelle et les pièges du commun. Je veux questionner la constitution de notre société et réhabiliter l’utopie.

Car il subsiste néanmoins et malgré tout une absolue nécessité d’horizons toujours lointains et toujours nouveaux pour donner un sens à notre vie commune.

Bird is the word
une micro-conférence utopiste

crédit vidéo © Amir Babatunde Ahmad (Koaltrip)

© 2019 by Sylvain Guichard.

contact : compagnie21@live.fr

MENTIONS LÉGALES - COMPAGNIE 21 - ASSOCIATION LOI 1901 crée le 28/12/2005

SIRET : 52280737900030 - APE : 9001Z - LICENCES 2 ET 3 : en cours de renouvellement 

  • w-facebook